• Le "pervers narcissique" correspond au troisième et plus profond degré du manipulateur (voir les différents degrés). La plupart des psychologues, spécialistes, et proches des pervers narcissiques affirment qu'il est impossible de les soigner.

    En effet, les pervers narcissiques sont caractérisés par la non-conscience de leur pathologie. Il leur est impossible de sentir leur maladie car leur personnalité est basée sur le mensonge.

    La théorie que je vais exposer est une piste de soins. Qui dit soin, dit spécialiste. Beaucoup de victimes de pervers narcissiques ne font pas le "deuil de la communication" et désirent le/la "sauver": il est désarmant "d'abandonner" un pervers narcissique. /! C'est vous la victime. Il faut vous protéger, vous reconstruire. Ne retombez pas dans l'engrenage.

     

     

    Sans plus attendre, la théorie: (source )

    Origine de la pathologie:

    Le pervers narcissique n’a pas de narcisse car il a été investi par ses parents d’un desir narcissique, ce qui l’a empéché de faire pousser sa propre fleur narcissique. Une fois adulte, il se fabrique une image narcissique (un reflet du narcisse) en puisant dans l’autre. Mais ce n’est qu’un reflet fait de brics et de brocs… Il ne peut admettre qu’il ne s’agit que d’un reflet, qu’il n’a pas de narcisse, car ça entraine sa propre mort narcissique…

    L’analogie au vampire est ce qui a de plus proche pour comprendre un PN.
    Le vampire a besoin du sang d’un autre pour survivre. Si il ne se nourrit pas de l’autre, il déperrit et meurt. Or le vampire s’il veut redevenir humain doit mourir mais ce qui va à l’encontre de l’instinct de survie. Il est donc pris dans un paradoxe insoluble.


    Le pervers narcissique afin de pouvoir donner le change, développe une intélligence machiavelique. Il maitrise l’art du langage et de l’illusion ; c’est pourquoi je ne crois pas que les psychanalyses traditionnelles puissent lui venir en aide, car il ne peut admettre que l’autre a raison.

    ( différent du manipulateur pervers narcissique, (second degré: voir les degrés) lui, possède une identité narcissique démesurée et utilise la manipulation pour l’imposer partout et à tous. Celui ci cherche la domination, à tout contrôler, à faire valoir son autorité…il écrase l’autre pour qu’il se sente plus faible, ce qui le rend lui plus fort…Il cherche le pouvoir)

    Possibilité de soin: Il faut selon moi le sortir du cadre normal, utiliser des techniques qu’il ne peut maitriser et qui devront l’amener à faire face et à sortir de sa réalité alternative. Le seul qui peut convaincre un PN est le PN lui meme.

    L’art therapie pourrait etre un bon moyen s’il est couplé à une thérapie systémique, basé sur le jeu du questionnement interne. La pratique dirigée de l’art (« pouvez vous me représenter comment vous vous voyez ») va permettre de changer l’objet du PN. Il ne s’agit plus ici d’un humain à qui on peut voler son narcisse, mais d’un « miroir passif » dans lequel le PN doit se projeter.

    Comme il est impossible de maitriser totalement l’expression artistique, certaines constructions subjectives vont apparaitre sur le dessin. Au thérapeute de relever ces constructions et de demander au PN sa propre interprétation. En aucun cas le thérapeute n’a intérêt à donner sa propre analyse, ce qui le remettrait dans le jeu du PN. Le but consiste à placer le PN face à lui même, jusqu’à ce qu’il prenne conscience de sa réalité narcissique. Si on arrive à lui faire dire à lui même qu’il n’a pas de narcisse, alors il devrait prendre conscience de sa propre mort narcissique et être capable de se projeter dans l’avenir en faisant pousser sa propre fleur narcissique et se reconstruire.

     

    /! Lorsque vous êtes victime du pervers narcissique, une dépendance affective se met en place. Vous pouvez prendre conscience de ceci: pour survivre au manipulateur pervers narcissique, vous vous comportez comme le manipulateur en recherche de compromis (premier degré, habituel dans la communication, c'est normal: voir les différents degrés). Vous ne voulez pas le/la perdre. Une dépendance affective se met en place. Lorsque notre affect est engagé, nous projettons une image de l'autre. Ici, l'autre, c'est le pervers narcissique. Relisez la phrase en gras "en aucun cas le thérapeute n'a intérêt à donner sa propre analyse, ce qui le remettrait dans le jeu du Pervers Narcissique". Cela ne lui rend pas service, l'entretient dans sa pathologie.


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique